Vincent* venait de Charleroi. Pas très grand, tête sympa mais des traits durs. Assez bavard. Il s'était installé à côté de Virginie. Tous les jours, il appelait ses enfants. Tous les jours, on lui raccrochait au nez. Il sortait de prison. Pourquoi? On ne lui a jamais demandé. Le passé ne définit pas un homme quand on distribue à manger. Il avait toujours faim. Il ne buvait pas, il disait que ça n'était pas bon pour lui. Un jour, il est parti. "On" disait qu'il était reparti à Charleroi. On ne saura sans doute jamais rien de lui. Ni s'il vit encore. Ni s'il a pu revoir ses enfants et renouer avec eux. C'est ça aussi la précarité. Des histoires qui ne s'inscrivent nulle part.

 

*Les prénoms sont modifiés.